Sismic : l'association qui veut faire bouger

Sismic : l'association qui veut faire bouger

Rédigé le 08/11/2011



Jobs'TIC, hier à Laissac, a permis à des chercheurs d'emploi de rencontrer leurs futurs employeurs dans le domaine de l'informatique grâce à l'action de l'association Sismic.
 

TIC : technologies de l'information et de la communication. On pourrait croire qu'avec un tel intitulé les entreprises spécialisées dans les TIC, en gros les boîtes informatiques, ont une bonne vision de leur environnement immédiat. Paradoxalement ce n'est pas le cas. D'où l'idée, émanant de chefs d'entreprises du secteur de créer l'association Sismic. Une première réunion d'information et de présentation avait eu lieu l'année dernière à Laguiole. Il s'agissait de réunir dans une même démarche les acteurs de ces technologies dans le sud Massif Central. Tous ceux qui sont à plus d'une heure des métropoles de Clermont-Ferrand, Montpellier et Toulouse. Depuis, l'association a fait son chemin et organisait hier son premier événement dans le département avec le salon Jobs'TIC à Laissac.


Quand il n'est pas le président bénévole de Sismic, Simon Bretin coiffe sa casquette de directeur général d'Inforsud diffusion. Il parle de l'association avec ardeur. « On s'est aperçu qu'il y avait un vrai manque à la fois d'animation, de regroupement et de synergies entre des entreprises qui ne se connaissaient pas vraiment ». Plusieurs Aveyronnais participent au bureau de Sismic, comme Jacques Barbezange (président du SMICA), Dominique Seyries (Sobérim, SBS) ou Julien Blanc (Label soft technologies). Le Cantal et la Lozère sont aussi représentés par différents acteurs économiques. « Jobs'TIC est la première opération visible de Sismic sur le département (lire ci-contre). On espère en faire une prochainement sur la problématique de l'e-commerce en zones rurbaines ». Tous les deux mois, Sismic se réunit et fait le point sur les travaux des commissions (haut-débit, sécurité informatique et salons), avance aussi sur la création de nouvelles commissions comme l'emploi ou le télétravail. La réunion se termine avec la présentation de trois entreprises du secteur.

Simon Bretin insiste sur le nécessaire rapport avec les collectivités territoriales et évoque la réflexion engagée avec le Sieda (qui gère l'installation des réseaux électriques en Aveyron). « On a besoin de savoir ce qu'ils font et il faut leur faire connaître nos besoins : les TIC c'est de l'échange et du partage. Pour nous il s'agit de donner de la visibilité aux entreprises, nos actions concernent tous les acteurs de ces technologies ». Le champ est vaste et les besoins tout autant. Simon Bretin termine : « avec Sismic ont veut aller vers le plus d'animations et de vulgarisation possible ».

Source